Portrait | Qui es-tu, Benoît Criquillion ?

Chez les Loups, le nom de Criquillion n’est pas méconnu. Par le passé, le robuste Raymond Criquillion écrivait les belles heures du football louviérois au Triffet. Au 21e siècle, c’est un autre Criquillion qui fait la une : Benoît, de son prénom.

“À vrai dire, je ne le connaissais pas. Ceci dit, il s’agit certainement de famille éloignée”, confie le jeune homme originaire d’Haine-Saint-Pierre. S’il partage le même nom que l’illustre footballeur vert et blanc, Benoît se distingue dans d’autres domaines. “J’ai d’abord fait de la natation à un haut niveau avant de me rediriger vers le football en salle. À présent, c’est en tant que kiné que j’œuvre à La Louvière.”

Initialement, Benoît Criquillion a rejoint la RAAL par l’intermédiaire de l’institut médico-sportif de Saint-Vaast avec lequel les Loups collaborent depuis leur renaissance. “En quatre ans, j’ai exercé aux côtés de la Wolves Academy avant de devenir, cette année, kinésithérapeute de l’équipe première. C’est une chance, une fierté, d’autant que le club représente une véritable institution familiale.”

Fidèle à La Louvière

Comme tout citoyen du Centre qui se respecte, Ben était au stade Roi Baudouin en 2003 pour la finale de la Coupe de Belgique. “En D1, mon père et mon frère étaient déjà abonnés. La RAAL, ça parle à tous les Louviérois. Une telle opportunité ne se présente pas tous les jours, j’ai saisi cette occasion en intégrant le staff de l’équipe première. Avec beaucoup de rigueur, nous préparons l’avenir.”

“Les kinés ont des relations privilégiées avec l’équipe. De temps en temps, les joueurs se confient plus facilement à nous qu’à leur coach”

Avant l’interruption de la saison, Benoît était présent aux entraînements. “Ca permet de travailler avec des joueurs blessés, directement sur le terrain”, explique-t-il. “Les kinés ont des relations privilégiées avec l’équipe. De temps en temps, les footballeurs se confient plus facilement à nous qu’à un coach par exemple. C’est toujours bénéfique, ça permet de mieux les comprendre, d’améliorer certains aspects.”

Un travail d’équipe

Dans sa tâche médicale, Benoît n’est évidemment pas seul. “La RAAL travaille en synergie avec le docteur Vincent Renault, médecin du sport de l’institut médico-sportif de Saint-Vaast. Au niveau des jeunes, je suis aussi épaulé par Sébastien Delcorde et François Graceffa. La structure médicale est en constante progression. Elle va continuer d’évoluer en même temps que le club.”

“On a le sentiment d’avoir perdu deux années en D2. À bien des égards, La Louvière mérite amplement sa place en N1″

À ce propos, Ben Criquillion ne peut que déplorer l’issue prématurée de la saison 2020-2021. “C’est frustrant car on a le sentiment d’avoir perdu deux années en D2. Sur le terrain, on sentait que nos joueurs étaient très bons. À bien des égards, La Louvière mérite sa place en N1, voire un cran plus haut encore. Nous allons prendre patience et… continuer à travailler pour atteindre le haut niveau d’ici peu.”

Contrairement au staff sportif, le kiné de la meute a stressé… avant le match à l’Antwerp. “À quelques jours du matchs, nous avions plusieurs joueurs blessés. Je me suis inquiété de leur état de santé. Ce n’est qu’à trois jours de la rencontres que j’ai pu respirer en voyant toute l’équipe au galop, sans blessure”, samuse-t-il. “Le match ? Quelle fierté, quelle prestation des Loups !”

Mario Cordisco