Futsal | Valdemi : “Ça devenait pesant”

Après le football, la bonne nouvelle s’étend désormais au futsal. En effet, en fonction de l’évolution de la crise sanitaire, la compétition pourrait également reprendre à la mi-février pour Abdou Dendane et les siens.

Le 9 octobre 2020, opposés à l’Olympic Boys Frasnes, les Vert et Blanc décrochaient leur quatrième succès consécutif en championnat (4-2). Sans les savoir, la RAAL Futsal disputait la dernière confrontation d’une année 2020 bien frugale en termes de compétition. Ceci dit, après la récente annonce du comité de crise de l’URBSFA pour le football, le ciel semble également s’éclaircir pour le futsal.

“On se dirige vers un scénario similaire, avec une reprise des entraînements à la mi-janvier et à un retour à la compétition à la mi-février”, commente Mauro Valdemi, co-responsable de la section et joueur de l’équipe première. “Pour tout le groupe, c’est un réel soulagement. Pour garder la forme, on suit évidemment le programme individuel du préparateur physique mais ça commence, tout doucement, à devenir pesant.”

L’impossibilité de disputer l’ensemble du championnat oblige les clubs à se focaliser sur une demi-saison. “Dans notre cas, c’est plutôt favorable puisque nous sommes la seule formation invaincue de la série. Naturellement, nous sommes conscients que nous devons encore nous mesurer à des cadors de la D2. Ceci dit, nous sommes dans de bonnes dispositions. De plus, nous avons tous faim de ballons.”

“Si la D1 s’offre à nous, nous ne la refuserons pas. Par contre, nous savons que ce niveau nécessite plus de moyens sportifs et financiers”

Pour la meute, dont l’ambition à court terme consiste à terminer dans le haut du tableau, les effluves de l’élite se font néanmoins ressentir. “Quand on prend part aux matchs ou aux entraînements, notre objectif interne est bien plus élevé. Si la D1 s’offre un jour à nous, nous ne la refuserons pas”, sourit Valdemi. “Par contre, nous sommes conscients que ce niveau nécessite plus de moyens sportifs et financiers.”

Crise et conséquences

Du côté des jeunes, la crise liée au COVID-19 a laissé quelques séquelles, notamment au niveau de l’équipe U15. “Pour la première fois, nous n’avons malheureusement pas su aligner cette catégorie. Avec les mesures sanitaires, plusieurs détections ont été annulées, moins de joueurs semblaient également attirés par le futsal. Ce n’est que partie remise”, tempère toutefois le rejeton de Fabrizio Valdemi.

À présent, les Centraux n’ont qu’une hâte : “Retrouver les parquets, disputer des rencontres officielles et retrouver nos sensations. Tant en championnat qu’en Coupe de Belgique, la RAAL a encore son mot à dire.” On croise les doigts !

Mario Cordisco