Interview | Vincent Bongiovanni se livre

Entre l’élargissement de la Wolves Academy, la préparation de l’équipe première 2018-2019 et l’élaboration de nouvelles infrastructures sur le site de Saint-Julien, Vincent Bongiovanni, le directeur sportif de la RAAL, fait le point.

Vincent, comment vous sentez-vous en ce début de saison 2018-2019 ?

  • Je suis globalement satisfait de ce qui a été réalisé par le club en coulisses, durant la trêve estivale. Notre école de jeunes, la Wolves Academy, s’est élargie tandis que l’équipe première est dans la continuité de la saison dernière. Année après année, à tous les niveaux, la RAAL se structure, se professionnalise et franchit des caps. Et ce n’est qu’un début.

Cet été, la Wolves Academy s’est agrandie…

  • En effet, toutes les catégories sont complètes, encadrées par d’excellents formateurs. De plus, nous comptons désormais deux coordinateurs chez nos jeunes : Bernard Pintez et Roberto Franco. C’est un point positif. Même s’il s’agit encore d’une saison de transition, la Wolves Academy progresse à l’image de l’équipe première.

Au niveau du mercato, nous avons ciblé nos priorités, tout en conservant l’ossature de l’équipe championne de D3. Elle a mûri et gagné une année d’expérience.

Justement, un mot sur l’équipe première ?

  • Cet été, il n’y a pas eu de révolution en termes de transferts pour la simple et bonne raison que nous nous refusons de faire venir des dizaines de joueurs au mercato. Ce n’est pas la politique de la RAAL. C’est pourquoi nous avons ciblé nos priorités, tout en conservant l’ossature de l’équipe championne de D3 de la saison écoulée. Elle a mûri et gagné une année d’expérience.

S’il y a de nombreuses touches positives, il y a tout de même un point négatif…

  • Au niveau des infrastructures, même si le meilleur reste à venir (ndlr : avec l’élaboration sur fonds propres de deux terrains synthétiques sur le site de Strépy-Bracquegnies), notre préparation a été semée d’embûches. Nous ne recevons pas toujours le soutien que l’on mérite. Heureusement, il y a des solutions pour chaque problème. Nous remercions d’ailleurs des clubs voisins et amis comme Ecaussinnes, Ransart et prochainement Chapelle pour leur précieuse aide, notamment en matière d’infrastructures.