Portrait | Qui es-tu, Antoine Turi ?

Dans la famille Turi, il y a évidemment Toni… mais il y a aussi Antoine. Dès le lancement du projet louviérois, le jeune homme s’est naturellement épris pour la meute. Aujourd’hui, il accompagne Loups et Louveteaux au quotidien.

“J’étais assez jeune lorsque la RAAL évoluait encore en première division”, reconnaît le garçon de 19 ans. “Je n’allais pas encore au stade, à ce moment-là. Par contre, à la maison, on a toujours parlé du club, on a toujours suivi les Loups, on a toujours participé au carnaval de La Louvière.” Quand le mythe s’est recrée autour des quatre lettres, Antoine Turi a directement été imprégné de la fièvre verte et blanche.

Antoine passe alors du Tondreau à Saint-Julien. “J’évoluais à Mons. En U17, j’ai décidé de rejoindre les Loups. Sportivement, c’était un bond en arrière car les jeunes du RAQM étaient interprovinciaux, contrairement à ceux de la RAAL. Au départ, cette différence de niveau a rebuté plusieurs joueurs… qui ont finalement rejoint la Wolves Academy par après.” Comme quoi, la crédibilité d’un projet se juge sur le long terme.

Joueur, analyste et entraîneur

Dans la tanière, de fil en aiguille, le jeune homme se familiarise avec le coaching. “J’ai souffert de deux lourdes blessures, coup sur coup : d’abord les ligaments croisés du genou gauche, puis ceux du droit. Éloigné des terrains, j’ai commencé à entraîner, à passer les diplômes d’entraîneur.” Depuis, Antoine est aux commandes des Louveteaux de l’équipe U7. “C’est un réel plaisir de s’investir auprès des enfants.”

“Mon souhait, c’est de grandir en tant qu’entraîneur. C’est pourquoi j’emmagasine de l’expérience dans le staff de l’équipe première”

Cela dit, le jeune coach n’a pas peur de se projeter. “Mon souhait, c’est de grandir en tant qu’entraîneur. C’est pourquoi j’emmagasine également de l’expérience dans le staff de l’équipe première. J’accompagne Ludovic Lo Brutto dans le rôle de Team Manager, en plus d’être analyste vidéo aux côtés de Thomas Lambert.” Un ouvrage conséquent auquel s’ajoute aussi son implication dans la vidéo auprès des jeunes.

À côté de son indéboulonnable passion pour le ballon rond, l’aîné de la famille Turi est encore aux études. Bon sang ne saurait mentir : “Comme mon papa, je suis étudiant en Sciences de Gestion, aux FUCAM. Je sors d’ailleurs de la session d’examens de janvier. Mine de rien, c’est un secteur qui m’aide grandement lorsqu’il s’agit de lier football et chiffres.” Le football, on y revient, n’est jamais bien loin.

En dépit de ses deux grosses opérations, Antoine Turi n’a pas abandonné ses coéquipiers pour autant. Il est paré pour taquiner le cuir. “Mes genoux sont comme neufs, je figure toujours parmi le noyau Espoirs. Dans cette drôle de période, le terrain et le ballon le manquent. J’espère qu’on sera épargné d’une saison blanche même si, au fil des jours, j’y crois de moins en moins.”

Mario Cordisco